Les enjeux du crédit pour la création d’entreprise

Recourir au crédit pour la création de son entreprise est une très bonne solution pour propulser votre activité. En effet, les fonds prêtés par la banque peuvent financer rapidement l’achat d’immobilisations matérielles (outils, bureaux, véhicules) et immatérielles (fonds de commerce, logiciels, brevets). C’est aussi un moyen de financer les coûts liés à l’activité : matières premières, marchandises, main-d’œuvre, charges externes, etc.

 

Le crédit renforce la structure financière de l’entreprise en complétant les fonds apportés par les associés et ceux obtenus grâce aux aides et aux subventions. Mais les entrepreneurs se heurtent souvent à des problématiques telles que les conditions nécessaires à l’obtention d’un prêt ou les risques liés au remboursement.

 

Conscient de vos doutes et de vos problématiques, nous avons décidé d’écrire un article consacré entièrement à ce sujet. Nous y rassemblons l’essentiel des informations à connaître concernant le recours au crédit pour la création de votre entreprise. Vous y apprendrez notamment les modalités nécessaires à l’obtention d’un prêt, ainsi que les avantages et les inconvénients du crédit pour votre entreprise.

Sommaire

1 - Qu’est-ce qu’un crédit

Qu'est-ce qu'un crédit ?

Le crédit est un outil très utilisé dans le financement des entreprises. Il est accordé par un établissement bancaire, dans la mesure où ce dernier estime que le projet financé est viable. Nous vous présentons dans cette première partie l’essentiel à connaître à propos du crédit et de ses modalités.

1.1 - Définition

Faire un crédit, c’est obtenir un prêt d’argent auprès d’un établissement agréé. Ce prêt doit être remboursé selon un échéancier fixé à l’avance. En échange du service que vous rend l’établissement de crédit en vous prêtant des fonds, vous payez des intérêts, en plus des sommes que vous remboursez.

La Banque de France distingue 4 principales catégories de crédits pour les entreprises :

  1. – Les découverts : solde négatif sur le compte en banque de votre entreprise. Cela signifie que vous utilisez des sommes supérieures à celles qui sont disponibles à l’instant t. L’autorisation de découvert est un service que vous pouvez prévoir avec votre banque. En échange, vous payez des intérêts débiteurs (agios).
  2. – La trésorerie échéancée : crédits qui servent à financer des besoins de trésorerie à court terme.
  3. – Le crédit immobilier : qui sert à financer l’acquisition d’immeubles ou de terrains constructibles.
  4. – Le crédit d’équipement : qui sert à financer l’achat de biens autres que les immeubles : outils, véhicules, logiciels, etc.
Taux moyen des crédits par objet-min
Source : Banque de France

1.2 - Modalités

Pour octroyer un prêt, les établissements financiers montent un dossier afin d’analyser les risques liés au financement du projet. Ils analysent certains ratios, afin de diminuer un maximum le risque de crédit : la probabilité de perte financière liée au défaut de remboursement de la dette par l’emprunteur.

 

Vous devez donc présenter certaines garanties en termes de solidité financière pour prétendre à l’obtention d’un prêt. Ce qui n’est pas toujours simple lors de la création de son entreprise.

 

“En règle générale, il est conseillé d’équilibrer les fonds propres et les emprunts au mieux (50/50). Toutefois, la banque peut réduire son exigence de fonds propres à un ratio de 30 % en moyenne (70 % d’endettement pour 30 % de fonds propres) ou inférieur lorsque le prêt finance une création d’entreprise « à risque limité » d’après les normes du secteur concerné. Quoi qu’il en soit, une absence de fonds propres sera jugée rédhibitoire par le banquier chargé d’étudier le plan d’affaires de l’entreprise(Bpifrance-création).

 

Les principales modalités de remboursement d’un prêt à moyen ou long terme sont les suivantes :

  1. – L’amortissement par annuités constantes où les montants des  échéances de remboursement sont identiques. Par contre, la proportion entre intérêts et remboursement du capital évolue dans le temps. C’est le mode de remboursement le plus utilisé.
  2. – L’amortissement constant où le montant de capital remboursé reste le même tout au long des échéances. Par contre, la part d’intérêts est calculée sur le capital restant à rembourser. Ainsi, au fur et à mesure des remboursements, le montant des  échéances diminue car les intérêts se calculent sur un capital de plus en plus faible. 
  3. – Le prêt in fine où vous ne payez que le montant des intérêts tout au long de la durée de remboursement. Puis, vous remboursez la totalité de l’emprunt à  la date d’échéance.

Concernant les coûts liés au crédit, les principaux sont les suivants :

  1. – Les intérêts qui rémunèrent l’établissement financier et se calculent en pourcentage du capital emprunté. Chaque trimestre, la Banque de France met à disposition une analyse des taux moyens de crédit accordés aux entreprises.
  2. – L’assurance emprunteur qui garantit le remboursement du capital restant dû en cas de décès ou d’invalidité de l’entrepreneur.
  3. – Les frais de dossier liés au montage et à l’analyse de votre demande de financement par le prêteur.

Il existe également d’autres types de coûts comme les frais liés au remboursement par anticipation du prêt, les frais de caution ou de garantie.

2 - Les avantages du crédit pour la création d’entreprise

Les avantages du crédit pour la création d’entreprise

Le principal avantage du financement bancaire pour la création d’entreprise est son effet de levier. En effet, les fonds sont disponibles immédiatement et vont vous permettre de financer :

  1. – Du matériel : outils, bureaux, véhicules
  2. – De l’immatériel : campagnes marketing, brevets, R&D
  3. – Le lancement de l’activité : stocks, recrutements, loyers

 

Ensuite, l’autre avantage est l’aspect non-dilutif de l’emprunt bancaire. En effet – contrairement à l’entrée de nouveaux actionnaires – avec le crédit, vous ne perdez aucun pourcentage de détention du capital social de votre entreprise. Vous restez aux commandes de votre business, conservez vos droits de votes et votre responsabilité vis-à-vis des bénéfices et des pertes.


Enfin, d’un point de vue comptable et fiscal, les coûts liés à l’emprunt (intérêts, assurances et autres frais) sont déductibles de votre résultat. Vous réalisez donc une économie d’impôt sur les bénéfices, dans la mesure où votre entreprise réalise des profits.

3 - Les inconvénients du crédit pour la création d’entreprise

Les inconvénients du crédit pour la création d’entreprise

Le principal inconvénient est la difficulté d’accès au crédit lorsque vous vous lancez. En effet, les banques ont des obligations réglementaires en termes de risques et des objectifs financiers qui nécessitent l’apport de garanties importantes pour l’emprunteur. Or, quand vous lancez votre projet, vous n’avez pas forcément les fonds suffisants pour rassurer les banques.

Ensuite, le crédit étant une dette, votre entreprise diminue :

  1. – Son autonomie financière en dépendant en grande partie d’un nouvel acteur externe (la banque).
  2. – Sa capacité d’endettement, qui devra être renforcée par des capitaux propres et de la trésorerie (autofinancement).

Enfin, le crédit impacte fortement la trésorerie de votre entreprise. Le remboursement du capital et le paiement des frais doivent être largement couverts par les flux de trésorerie générés par votre activité. Il est donc essentiel de bien étudier votre projet, avant de vous lancer dans une demande de prêt.

 

Si vous avez besoin de renseignements supplémentaires concernant le financement bancaire de votre projet de création d’entreprise, vous pouvez contacter un de nos experts. Et si vous souhaitez être informé lors de la publication d’un nouvel article sur notre blog, inscrivez-vous ci-dessous à notre newsletter.